Featured Slider

Revue cinéma #2 : Call me by your name et La forme de l'eau


Aujourd'hui je reviens avec une revue des deux derniers films que je suis allée voir au cinéma. Un véritable coup de coeur et une petite déception.

Comme toujours, j’espère que ces avis vous donneront envie d’aller parcourir les salles obscures :)

Créer la magie dont on a besoin pour se sentir mieux au quotidien



De nature assez anxieuse, j'ai un émotionnel qui peut se vivre intensément, avec des moments qui brillent et parfois des moments où tout semble bien gris. Une inquiétude sur une chose peut déteindre assez vite sur le reste et prendre beaucoup de place. Je me suis longtemps demandée comment je pouvais faire passer ces états, faire passer ce que l'on appelle si facilement la déprime ou ce que je nomme le vague à l'âme. Et une des choses que j'ai apprises c'est que notre intuition ne nous quitte jamais, souvent, sans s'en rendre compte, nous savons déjà ce qui nous ferait du bien, ce qui nous apporterait du mieux être. Il ne s'agit pas d'un bouton magique qui annihilerait d'un coup d'un seul les émotions mais plutôt de petites choses simples qui peuvent apporter joie, douceur, cocooning ou autre.

Carnet de bord de l'intestin heureux #2 : la sincérité face aux difficultés d'un changement d'alimentation


Lorsque j'ai commencé ce blog,  j'avais la volonté de m'en servir entre autre comme motivateur pour aller vers une alimentation plus saine et surtout plus respectueuse de mes petits soucis de santé provoqués par le syndrome de l'intestin irritable. Cette démarche passe notamment pour moi par une alimentation exempte des aliments auxquels je suis intolérante (principalement gluten, lait de vache et oeuf). Je publie régulièrement ici des recettes qui reflètent ma quête de ce que représente pour moi une cuisine idéale. Belle, gourmande et sans intolérance. Cependant, je voulais faire un vrai point, un point sincère, pour dire que cette cuisine idéale (à mon sens) est un objectif vers lequel je tends mais qui ne reflète pas toujours les moments où je craque, les moments où c'est plus compliqué de trouver la volonté, les moments où mon petit ventre me fait mal parce que je n'ai pas été assez rigoureuse. Vous parler un peu loin de l'image peut-être parfois trop facile que peuvent renvoyer les post du blog. 

Gâteau noix de coco et orange douce {Vegan, Sans gluten}



Dimanche dernier, d'humeur un peu chagrine, j'ai vraiment ressenti le besoin de m'entourer  de douceur. Je voulais créer quelque chose de moelleux et de doux pour aider mon moral un peu gris. J'ai songé à la vanille et à la coco pour la douceur, la rondeur et à l'orange pour la gaîté et la légèreté. Une recette était née, il ne s'agissait plus que de faire confiance à ma créativité et me lancer.

Soirée canapé #1 : 7 séries à découvrir ou redécouvrir


Aujourd'hui, j'avais envie de partager avec vous des séries que j'aime. Pour la détente, pour l'exploration et parce que vraiment, il y a des petites pépites qui nous tendent les bras pour nous emmener vers d'autres mondes.

Des rouges à lèvres bio et naturels pour les peaux mates et métisses


J'ai longtemps eu un rapport au maquillage assez distant. Adolescente, mes amies étaient comme moi si bien que longtemps je ne me suis pas maquillée ou alors seulement d'un peu de mascara sur le bout des cils. J'ai cependant toujours souhaité savoir comment m'y prendre. Assez admirative de jolis look réussis dans la rue ou chez certaines personnalités publiques il était pourtant difficile en tant que métisse de trouver des icônes ou modèles inspirants, dans lesquels je pouvais me reconnaître avec ma simplicité et mon désir d'être dans le naturel.

L'histoire : pour une version féminine et ludique


Il y a quelques années, suite à une visite du très beau château médiéval de Loches en région Centre, j'ai acheté un livre qui allait ouvrir pour moi la porte vers une nouvelle façon d'approcher l'histoire. J'ai toujours eu un vif intérêt pour la vie des femmes dans les époques reculées comme l'Antiquité et le Moyen Âge, je ne sais pas pourquoi ce sujet me passionne. C'est comme se relier à des vies antérieures, connaître les quotidiens de femmes du passé comme pour mieux cerner le mien. Sans trop de surprise, ma découverte au château de Loches des livres de l'historienne Simone Bertière sur les reines de France a donc été un déclic. 

Je me suis profondément intéressée à ces reines aux vies souvent méconnues, à l'intrication de leur destin avec celui de la France et des autres pays européen. Toujours sous un prisme du sensible et de l'intime, ces lectures scientifiques nous permettent d'apprendre la grande Histoire et de découvrir des femmes souvent très inspirantes.

L'épisode des nouvelles chaussures : soi et l'approbation des autres


Il y a quelques temps, j'ai acheté une nouvelle paire de chaussures. Un achat conscientisé, que j'ai pris le temps de choisir et dont j'avais besoin n'ayant plus de paire de chaussures fermées pour l'hiver. Chiner cette paire sur plusieurs semaines a été un réel plaisir car j'aime les jolies choses et le fait d'avoir conscientisé l'achat, d'avoir pris le temps de trouver un modèle davantage éthique me faisait me sentir bien dans ma peau et dans ma tête. 

Très satisfaite, ravie du look des chaussures, j'avais l'impression, les premiers jours, de me faire à chaque fois un petit cadeau en les portant. Et puis, au fur et à mesure de la journée, je me suis aperçue que je cherchais l'approbation dans le regard des gens que je croisais. Cela dépassait l'envie d'un compliment, il s'agissait de sentir que ces chaussures étaient approuvées, comme si mon goût avait besoin d'être confirmé. Comme si, le choix en pleine conscience de ce qui me plaît ne se suffisait pas à lui-même. Et évidemment, à toujours chercher quelque chose dans le regard de l'autre, on se frustre de ne pas le trouver ou de ne pas le trouver exactement comme on le voudrait. 

Sur une chose aussi simple que la possession d'une nouvelle paire de chaussures, je me suis rendue compte de toute l'importance que j'accordais encore, dans trop de domaines de ma vie, au regard de l'autre et surtout à son approbation.

Tagliatelles de sarrasin aux patates douces rôties, épinard, féta et tofu fumé {VG, SG}

Aujourd'hui je reviens avec une recette gourmande et réconfortante : un savoureux plat de pâte sans gluten. 

Ces derniers jours j'avais un envie d'un joli plat de pâte, bien goûtu et généreux. Je me suis donc laissée guider par mon intuition pour composer un plat que je voulais rempli de saveurs et chaleureux. On retrouve la saveur noisettée des tagliatelles de sarrasin, le sucré-salé des patates douces rôties et la gourmandise d'une fêta à la provençale. 

A vos fourchettes, j'espère que cette recette très rapide prête en 30 min vous plaira :) 

Revue cinéma #1 : Les Heures sombres et Oh Lucy

Dans le mois qui vient de s'écouler, j'ai enfin renoué avec le plaisir des salles sombres. L'immersion dans un autre univers, le temps de quelques heures, dans d'autres vies et d'autres ailleurs. Je crois que ce que j'aime par dessus tout, c'est cette empreinte émotionnelle lorsque je sors de la salle. C'est comme si je sentais le film planer encore en moi. Pour quelques longues minutes, je suis encore dans l'Angleterre des années 1940, je suis encore sous le soleil japonais, je suis une héroïne, une amoureuse. J'adore cette infusion d'autre chose dans l'imaginaire de mes émotions. 


Je vous parle aujourd'hui des deux derniers films que je suis allée voir, les deux dans un style très différent : un biopic et un film indépendant japonais... En espérant vous donner envie d'aller les découvrir car ce sont pour moi deux bonnes (voire très bonnes) surprises ! 

Traverser les courants froids



C'est cette espèce de culpabilité d'aller mal, d'avoir le dos dans le creux de la vague. Souvent, c'est difficile à expliquer, à décrire. On cherche les mots, on renverse notre tête dans un sens puis dans un autre pour que les bons adjectifs sortent sans avoir honte mais c'est compliqué.

Quand on a une nature sensible, on est plus souvent soumis à différents courants. Cela revient à se baigner dans une grande rivière, au fur et à mesure de notre immersion on tombe sur un courant chaud et soudain, quelques pas de côté, un petit mètre de franchi et nous voilà sans bien comprendre pourquoi dans un courant froid. J'ai eu cette sensation ces dernières semaines, celle d'être ballottée, de subir un courant froid, surgi sans crier gare. Le réflex premier c'est de lutter, c'est de vouloir ramer à contre courant, parce qu'on ne veut pas y aller, on ne veut pas être emmené par là-bas, au loin, derrière les vagues et sous les nuages. On rame, on rame, on rame si fort. Mais je sais maintenant que lutter contre ce que l'on ressent ne fait que se cristalliser le problème et les symptômes. L'angoisse perdure, elle se renforce de toute l'énergie déployée à vouloir lutter contre soi-même. Et elle gratte fort, elle sert fort la malheureuse.